Les Parisiennes

Les Parisiennes

«J’avais une dizaine d’années quand, enfant de la télé, je voyais ces quatre jeunes femmes chanter des refrains plus joyeux les uns que les autres , dans les émissions de variétés de l’époque. Elles étaient belles, drôles, élégantes, elles dansaient, elles chantaient, bref elles étaient ... Parisiennes ! Pour qui n’était pas encore «monté» à Paris, elles représentaient le chic, l’humour, le succès tel qu’on pouvait l’imaginer depuis la Province, et comme le dessinateur Kiraz les représentait dans le magazine «Jours de France» que je feuilletais quand on me traînait chez le coiffeur. Il aura fallu 45 ans pour que je concrétise ce fantasme ! Et avec quelles Parisiennes ! Arielle, Mareva, Helena et Inna , avouez que je suis chanceux . Elles chanteront les succès du groupe d'antan : «Il fait trop beau pour travailler», «L'argent ne fait pas le bonheur», «Je te déteste» ou «Ce soir à Saint-Tropez», des titres composés par Claude Bolling. En 2018, la Parisienne est plus cosmopolite, plus féministe tout en restant féminine , plus libérée encore et tout autant joyeuse et espiègle. Aimant le risque et le challenge aussi ! Quand je leur ai proposé de reprendre les chansons de leurs aînées, d’en faire un album et bientôt un spectacle musical, elles n’ont pas hésité et foncé ... Parce que, oui, elles sont décidément Parisiennes. Elles vont vous faire irrépressiblement fredonner, ou siffloter, sourire à la lèvre, quand vous les entendrez et vous feront rêver dès que vous les verrez. Ça c’est Paris !» Laurent Ruquier

27/06/2018
Retour

Connexion - Mentions Légales - Politique Vie Privée - Gestion des Cookies - Plan du site